Q: Votre médecin connaît-il vraiment les antidépresseurs qu’il vous prescrit ?

Q: Votre médecin connaît-il vraiment les antidépresseurs qu’il vous prescrit ?
R:
les médecins ne connaissent pas l’existence de ces banques de données 

Source Le devoir  (le résumé)
Les antidépresseurs moins efficaces qu’annoncé

Parmi 74 études — portant sur 12 antidépresseurs — soumises à la Food and Drug Administration

En fait, 89 % des études ayant révélé des résultats négatifs ou discutables n’avaient pas été publiées ou bien avaient fait l’objet d’une publication qui présentait les données sous un jour favorable. 

Chose certaine, cette coutume de ne rendre publiques que les études ayant donné des résultats encourageants et de glisser sous le tapis celles qui se sont conclues par des résultats négatifs est dangereuse, car elle donne un portrait idyllique des médicaments, mais peu fidèle à la réalité. «Le portrait qui est offert aux cliniciens, au public et aux décideurs est un portrait complètement tordu. Et si on n’a pas les bonnes informations, on ne peut pas prendre les bonnes décisions. Même les médecins les plus consciencieux ne peuvent rien y faire car ces informations sont cachées, elles ne sont pas accessibles», martèle David Cohen.

Ce phénomène, qui est dénoncé depuis une quinzaine d’années par certains chercheurs plus critiques, a fait les manchettes des journaux en 2004 lorsque le ministre de la Justice de l’État de New York a intenté un procès au géant pharmaceutique GlaxoSmithKline pour avoir caché des informations, raconte le Dr Turner. La compagnie n’avait publié que les résultats d’une seule étude clinique sur l’antidépresseur Paxil, utilisé pour soulager les enfants souffrant de dépression, et avait omis de publier les données de plusieurs autres qui ne réussissaient pas à démontrer l’efficacité de ce médicament et révélaient le risque d’idées suicidaires qu’il induisait chez les jeunes auxquels on l’avait administré. La compagnie a finalement été condamnée à une amende et obligée à rendre publics sur son site Web les résultats de tous les essais cliniques qui avaient été effectués avec cet antidépresseur. La compagnie s’est alors conformée à la sentence et a divulgué toutes les données recueillies sur les molécules qu’elle fabrique depuis 2000 seulement, arguant qu’elle ne pouvait fournir d’informations sur ce qui s’était fait avant la fusion de Glaxo Welcome et de SmithKline Beecham, survenue en 2000.

Si vous cherchez à obtenir des informations sur un médicament qui a été approuvé avant cette date-là, vous n’y aurez pas accès, et ce, même si le médicament est encore fréquemment prescrit.»

«Le problème est que les médecins ne connaissent pas l’existence de ces banques de données affichées sur les sites Web des compagnies pharmaceutiques Les médecins se réfèrent uniquement à la littérature scientifique, souligne le professeur Turner. Or ce biais dans la sélection des résultats qui sont publiés donne l’impression aux médecins que les médicaments donnent de bons résultats dans toutes les études qu’ils voient. Ils seront ainsi portés à croire que ces médicaments sont très efficaces alors qu’ils ne le sont pas tant que ça», explique le chercheur, qui tient toutefois à préciser que ces antidépresseurs ne sont pas complètement inefficaces.

Il s’agit d’une forme de désinformation trompeuse qui peut inciter les cliniciens à prescrire en toute confiance un médicament alors qu’ils devraient demeurer très vigilants.

article au complet

1 comment to Q: Votre médecin connaît-il vraiment les antidépresseurs qu’il vous prescrit ?

Laisser une réponse

 

 

 

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivant

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>