Robert l’Herbier est mort

Robert l'herbier En référence: http://www.rcc.ryerson.ca/schools/rta/ccf/personal/hof/lherbi_f.html Robert Léger, La chanson québécoise en question, Coll. «En question», Montréal, Québec/Amérique, 2003, p.36-39.

Pilier de la télévision

Il est né dans la paroisse Saint-Antoine-de-Bienville de l’actuelle ville de Lévis. Il étudiera la musique durant 12 ans, notamment le piano avec Alphonse Tardif à Lévis et le chant avec Isa Jeynevald-Mercier à Québec.

À Montréal, il fut la vedette de l’émission Les Joyeux Troubadours à la radio de la SRC (1942-1949).

Sur disque Victor, il connut son premier succès avec Rita, une de ses compositions.

Avec Lucille Dumont, il anima le Café-concert Kraft (1948-1950).

Il fonda avec Fernand Robidoux la revue Radio ’49.

Il tint à Sherbrooke en (1950) le premier rôle de l’opéra-comique d’Henri Miro, Le Roman de Suzon.

Avec sa femme Rolande Désormeaux, il chanta en 1947 et 1951 au théâtre Arcade et au Théâtre National. Avec sa femme, il participa aussi en (1954) à 18 émissions de radio hebdomadaires partagées entre CKVL, CKAC et la SRC.

Il initia le Concours de la chanson canadienne de la SRC (1956) dans le but d’encourager la création de chansons originales en langue française et de promouvoir l’industrie du disque canadien. Le concours fut réorganisé sous le vocable Chansons sur mesure en 1961, avec la participation des pays de la Communauté radiophonique des programmes de langue française.

En 1956-1957, il fonda l’Amicale de la chanson, le Comité de la diffusion de la chanson canadienne, et fut président-fondateur de la maison d’édition Société amicale de la chanson Inc.

En 1960, il entra au service de la nouvelle station de télévision CFTM-TV (Télé-Métropole/TVA), mettant fin à sa carrière de chanteur. De 1968 à 1986, il fut vice-président de la programmation et de la production à la station CFTM-TV.

Parmi ses plus grands succès sur disques figurent les chansons d’autres compositeurs, notamment Heureux comme un roi (Francis Lopez) et Douce France (Charles Trenet) que l’on retrouve sur un disque RCA (Gala CGP-144).

 Honneurs

Il fut élu l’artiste le plus populaire lors du concours de l’hebdomadaire Radiomonde (1946-1948).

Lors d’un Gala des artistes en 1967, il reçut une mention pour son apport à l’expansion de la télévision.

En 1989, il reçut le trophée Hommage au gala Métrostar, sa fille Emmanuelle lui a interprétée une version spéciale de Heureux comme un roi. Comme auteur-compositeur, il a à son crédit une trentaine de chansons dont une dizaine furent éditées en France. Source du texte témoignage de  Dominique Michel   Paolo Noël  Claude Poirier

Laisser une réponse

 

 

 

Vous pouvez utiliser les codes HTML suivant

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>